Version Française English version  
Espace MEDECINS ADHERENTS : Email Mot de passe :     
  Ce site ne contient aucune publicité ! Récupération du mot de passe       
  Vous cherchez un Mésothérapeute Sites utiles  
 

GRAND PUBLIC
Accueil
C'est quoi ?
  Définition
  Historique
  Matériel
  Hygiène
  En pratique
Pour quoi ? Pour qui ?
Enseignement
Vidéos
Outre frontière
Blog
Presse
F.A.Q.
Contact


Société Française de Mésothérapie
Accès direct :
Espace GRAND PUBLIC - Espace MEDECINS NON ADHERENTS

C'est quoi ? | Définition

13/05/2011 18:43:54

Qu'est ce que la Mésothérapie ?

Ce sont des injections locales de médicaments de la pharmacopée française, faites à travers la peau, très superficielles et peu douloureuses. Ces injections peuvent être intra-épidermique, intradermiques superficielles ou profondes entre 1 et 13 mm.
• Avec des aiguilles de 4 à 13 mm de longueur
• A l'aide de matériel à usage unique : technique "manuelle" avec seringue et aiguille ou technique "assistée" avec l'aide d'un injecteur électronique.

Que met-on dans les seringues ?

Toujours des produits utilisés en Médecine Générale, disponibles en Pharmacie mais en injections multiples et en très faible quantité : décontracturants, antioedémateux, anti-inflammatoires, vasodilatateurs, calcitonines, poly vitamines, etc.

Cortisone : La SFM a proscrit l’utilisation de la cortisone de tous les mélanges de mésothérapie.
Phosphatidylcholine : Bien que souvent présentée comme du domaine de la mésothérapie, la phosphatidylcholine (PPC) ne fait pas partie des traitements de mésothérapie. Elle se pratique en injections profondes et non selon les techniques de mésothérapie. La SFM proscrit également tout introduction de PPC seule ou associée au DC (déoxycholate de sodium) aux mélanges de mésothérapie ; ces produits n’ayant pas d’AMM en France.Ils sont de plus, désormais totalement interdits par le décret du 12 avril 2011

Est-ce dangereux pour la santé ?

Toutes les précautions d'antisepsie sont systématiquement prises. Aucun risque d'hépatite virale et d'HIV. Les effets secondaires sont peu fréquents et le plus souvent bénins.

Que peut-elle soigner ?

• Les douleurs de l'arthrose, le "mal de dos", les douleurs rhumatismales.
• Les névralgies, les céphalées et migraines.
• Les troubles de la circulation sanguine (jambes lourdes).
• Les traumatismes sportifs (entorses, tendinites, élongations, contractures).
• Les troubles dermatologiques (chute de cheveux, cicatrices fibreuses).

Qui soigne t'elle ?

• Tout le monde à priori.
• Les enfants.
• Les adultes.
• Les personnes âgées, notamment celles qui utilisent beaucoup de médicaments, qui veulent et peuvent essayer une autre voie d'administration des médicaments.



EDITO
Dr Jean-Marc PIUMI
Président de la SFM

Bienvenue sur le Site Internet de la Société Française de Mésothérapie (SFM).

Bienvenue sur le site internet de la Société Française de Mésothérapie (SFM).
Il est divisée en trois parties : un espace pour les patients, un pour les médecins non adhérents à la SFM et enfin un pour les médecins membres de la SFM.
Toutes les informations nécessaires à la compréhension et à la pratique de la mésothérapie sont à votre disposition : définition, historique, indications thérapeutiques, vidéo de démonstrations, coordonnées des médecins membres de la SFM.
Les médecins ont à leur disposition les dates et lieux des enseignements universitaires, la liste des Formations Médicales Continues organisées par les Cercles d’Etudes et de Recherches en Mésothérapie (CERM) structures régionales émanant de la SFM ainsi que les informations concernant le congrès annuel de la SFM qui a lieu chaque année en novembre à la faculté Pitié Salpêtrière à Paris.

Actualités de mars 2018 :

Très récemment est paru dans la presse (Le Figaro), un article cosigné par quelque 125 médecins « courageux » qui dénoncent en force des dérives a priori sectaires, inutiles et même dangereuses de la médecine. Je veux citer, entre autres, l’homéopathie, la mésothérapie et l’acupuncture.

J'ai dit « courageux » de façon un peu ironique car ces médecins ont tous signé cet article en fermant tout dialogue possible et du coup, ne pas autoriser de droit de réponse aux accusés que nous sommes.

Il est quand même étonnant que dans ce pays où nous sommes censés bénéficier de la liberté d'expression, on autorise la publication de telles accusations, sans avoir au préalable eu la courtoisie de se renseigner auprès des autres pratiques médicales mises en cause et que les journalistes livrent ces accusations en pâture à leurs lecteurs comme si elles détenaient la vérité et rien que la vérité.

En tant que Président de la Société Française de Mésothérapie, je m’élève de façon véhémente contre les mensonges énoncés par ces médecins qui ne cherchent même pas à comprendre, et qui condamnent d’emblée même s’ils ne savent pas de quoi ils parlent. Il est quand même étonnant que l'obscurantisme et le sectarisme dont on nous accuse émane finalement de ce corps médical qui se veut scientifique, déontologique et irréprochable.

Nous sommes d’abord et avant tout des médecins qui examinons nos patients, posons un diagnostic et qui n’hésitons pas à recourir à des examens complémentaires ou des avis spécialisés quand besoin se fait sentir.

Nous accuser de charlatanisme dans ce cas relève de la diffamation pure et simple.

Les précautions de l'Ordre :

Joint par « le Quotidien », l'Ordre rappelle qu'il reconnaît officiellement quatre médecines alternatives et complémentaires : l’homéopathie, l’acupuncture, la mésothérapie et la médecine manuelle ostéopathie. « Si, pour exercer les trois dernières, un médecin doit suivre un DIU qui peut donner droit au titre (et donc à l’apposition de la spécialité sur la plaque du médecin), l’homéopathie est considérée comme une simple orientation d’activité – tout médecin peut donc l’exercer », explique-t-on au CNOM.

Bonne visite de notre site.



 
Informations légales I © Copyright Paris 2013 - NEW3S ® I Be Leader